zone de combat
Zoom



sources :
Pilotes fr. sur l'AFN et la Corse, D & A Decot, p311.
La grde av. de la chasse fr., J. Gisclon, p442.

<< retour suite >>

5e victoire du lieutenant Raoul Rebière


Bougie (Algérie), le 26 novembre 1943


Le GC 1/7 Provence récemment affecté au Coastal Command se voit confier la protection d'un important convoi se dirigeant vers l'Est. Les patrouilles se succèdent depuis le milieu de l'après-midi au-dessus de cette procession maritime, baptisée Annex par les Alliés, comprenant une soixantaine ce bateaux transportant des troupes et du matériel. Vers 16h30, les navires sont surpris à 30 milles au large de la baie de Bougie par quarante bombardiers de la Luftwaffe.

En patrouille à 2400 m d'altitude, le Lt Perrier et les sergents-chefs Reveillon et Leroy survolent le convoi depuis une heure, lorsqu'on leur signale la présence d'ennemis à 15 km au nord-ouest. Les pilotes se mettent immédiatement en position d'attaque, et se lancent contre un peloton de quatre quadrimoteurs Fw 200 équipés de bombes guidées Hs 193. L'un d'eux à déjà un moteur qui fume, résultat d'une intervention des Beaufighter du Sqn 153. Après plusieurs assauts, les deux bombardiers de tête larguent leur bombe et piquent au Nord avec chacun un moteur en feu. Le n°2 est suivis de près par Perrier qui envoie le Fw s'écraser en mer. Leroy administre le même traitement au n°1.
Alertés de cette offensive allemande, les pilotes du Provence décollent les uns après les autres du terrain de Taher et se positionnent à hauteur du convoi. Les lieutenants Tallent et de Bellefont interceptent un peloton de He 177 et les mettent en déroute. Un Allemand est vu se faire descendre par un Beaufighter. Quant au Lt Rebière qui venait d'atterrir au moment de l'alerte, saute dans un Spitfire IX et repart à 16h35. Vingt minutes après, il prend en chasse un Do 217 qui se traîne derrière sa formation et le tire par 3/4 arrière gauche à 200 mètres. Le Dornier bascule sur la droite et percute en mer. Il attaque ensuite les trois autres, puis un He 111, et rentre à la base à 17h50 avec cinq balles dans le palonnier. Le Lt Bouttier abat également un Do 217, une quatrième victoire pour les Français, sans perte.

Huit bombardiers du KG 40 basés à Bordeaux-Mérignac furent perdus. Probablement accompagnés par des appareils du KG 26, ils parvinrent à couler le transport de troupes Rhona entraînant un millier de soldats au fond de la Méditerranée.


Page modifiée le
Webmaster :
frenchaces © 1998-2004