zone de combat
Zoom







sources :
Diables rouges & petits poucets, p169.
La 2e GM, vol 1.
Avions HS n°10.
Avions n°110, p7.



<< retour suite >>

7 et 8e victoires du sous-lieutenant Georges Baptizet


Vailly-sur-Aisne, le 5 juin 1940


La seconde grosse offensive allemande a été lancée tôt le matin. Appuyés par la Luftwaffe, les Panzers enfoncent les têtes de pont de la Somme et prennent la direction de Paris et de la Basse-Seine. Ils seront ralentis dans leur élan par un nouveau système de défense efficace, les "hérissons", positions fortifiées équipées de canons antichars. Malheureusement, ils succomberont un à un, faute de soutien.

Pour la seconde fois, le GC 2/4 engage un dispositif de trois patrouilles pour assurer la protection du terrain d'Orconte. Sous les ordres du lieutenant Vinçotte¹, les Curtiss de la 4e escadrille décollent à 09h30 et finalement sont envoyés vers le nord-ouest où l'ennemi porte ses efforts. Les huit chasseurs se dirigent vers le secteur du Chemin des Dames pour une mission de destruction générale, une importante présence de bombardiers ennemis y est signalée.

Les pilotes français se présentent sur la zone à une altitude de 3000m. Le ciel semble vide de toute activité. Un Henshel 126 qui se balade à 1000m d'altitude n'échappe pas aux yeux exercés de nos chasseurs. Amputée du sergent-chef Jaussaud qui creva sa roulette de queue au roulage, la patrouille du S-Lt Baptizet lui dégringole dessus. Après plusieurs passes, Baptizet et le lieutenant Lhobil envoient l'équipage teuton rejoindre leurs ancêtres dans le fond des tranchées du Chemin des Dames.
Pendant ce temps, la protection de chasse du Hs 126 tombait sur la patrouille haute de l'adjudant Tesseraud6. Le sergent de La Chapelle6 manque de se faire coincer par l'ennemi, mais il s'extirpe par une montée en virage serré pour finalement plonger dans un piqué de derrière les fagots. Les Français sont rapidement engagés dans de courts combats tournoyants. Les Allemands ne peuvent prendre le dessus, car le Curtiss excelle dans ce type de combat.
Rejoignant le gros de la troupe, Baptizet croise la route d'un Bf 109 esseulé évoluant au ras du sol. Il bascule sur l'aile et plonge dans les "6 heures" du Messerschmitt. Il lui règle son compte en quelques rafales bien ajustées près de Vailly-sur-Aisne. Après cela, il rejoint le Lt Vinçotte¹ aux prises avec un 109, et l'arrosent à tour de rôle. Mais dans le tumulte de l'engagement, l'appareil est abandonné fumant comme une locomotive.

Deux victoires confirmées et une probable contre quelques trous dans le Curtiss de Tesseraud : excellent résultat, à l'image de la journée où la chasse française remportera 56 victoires confirmées pour la perte de 18 appareils. Les chasseurs allemands, ayant la particularité d'avoir le capot moteur peint en rouge, appartenaient à la 2./JG 2 : le Lt Hoffmann revendique sa septième victoire et le Lt von Reden² est perdu à bord de son Bf 109E-3.

H-75 du GC 2/4
Curtiss H-75A-2 de la 4e escadrille du GC 2/4, piloté par le lieutenant Vinçotte, début juin 1940.

Page modifiée le
Webmaster :
frenchaces © 1998-2004